On a toujours peur de se faire berner par les statistiques. Pourtant, certaines font parfois émerger des vérités. Par exemple : 54 % des enfants de notre secteur de Maetowo sont considérés comme illettrés et il n’y a aucun lycée dans l’ensemble du secteur. Deux réalités qui suffisent à dire le travail à réaliser pour améliorer l’éducation dans ce coin de Thaïlande. L’accès à l’éducation est la clef de l’intégration des enfants karens dans la société thaïlandaise, indispensable à leur avenir.

Les écoles de montagne

La première école de village a été créée par la mission à Maewe il y a 44 ans. Elle fonctionne encore. Les professeurs sont aujourd’hui tous des anciens de l’école, véritable fierté pour le village.

L’école de Maesapao n’a pas eu le même destin. Elle a été nationalisée et seule la maternelle nous a été laissée. Deux classes de petits avec deux institutrices du village fonctionnent à merveille.

La mission vient également en aide à 4 écoles publiques. Elle salarie dans chacune un ou deux professeurs qui relaient le travail des professeurs employés du ministère de l’éducation. Ces derniers sont souvent thaïs et non karens. Ils se retrouvent parachutés dans un univers qui, pour tenir, réclame une force de caractère incroyable : des villages isolés dont ils ne comprennent ni la langue ni les coutumes. Nos instituteurs sont alors d’utiles relais pour ces fonctionnaires et de précieux éducateurs pour les enfants.

Ecole de Maewe – Promotion 2017 © Enfants du Mékong

Les centres

Les écoles des villages n’assurent que les petites classes. En grandissant les enfants doivent donc à un moment ou un autre partir étudier ailleurs, dans les écoles gouvernementales. Ils commencent alors une carrière de pensionnaires.

Si historiquement, l’internat de la mission était le seul en son genre pour les enfants des montagnes, aujourd’hui tous les établissements ont leur propre internat. Alors pourquoi continuer ? Les centres de la mission proposent un environnement qui se veut le plus riche et formateur possible. Ils ne visent pas seulement l’accès à l’éducation mais veulent former des femmes et des hommes qui seront les leaders dont les Karens auront besoin demain. Ainsi, ceux qui choisissent de rejoindre les centres auront tout un lot de cours complémentaires pour les aider au mieux à suivre une bonne scolarité : informatique, anglais,… Mais aussi des cours de musique, de chant, d’électronique, d’agriculture, de couture, ainsi que de tissage et de langue karen… Il s’agit en effet de leur permettre de continuer de grandir et d’approfondir leur connaissance de leur culture karen dans un environnement de plus en plus thaïsé, notamment à l’école. Enfin, ils y bénéficient d’une éducation religieuse catholique alors que les établissements gouvernementaux sont majoritairement bouddhistes. Des volontaires MEP y jouent le rôle de grand frère et de grande sœur et viennent en soutien à l’équipe

Si les parents poussent leurs jeunes à rejoindre les rangs des centres, les jeunes sont souvent réticents. La discipline y est stricte et l’exigence fait peur. Le Père résume ainsi le passage dans un centre : « on y vient en pleurant, on le quitte en pleurant ! »

Le centre de Maepo pour les primaires

Ce centre, ouvert en 2019, accueille une vingtaine d’élèves de primaire Le nombre de pensionnaires est destiné à augmenter peu à peu ! Les enfants étudient à l’école du village voisin de Maeomki, à laquelle un pick-up les dépose le matin et les ramène en fin d’après-midi.

A flan de colline, le centre offre une magnifique vue sur la vallée et permet d’offrir à ces enfants, éloignés de leur famille, un cadre de vie rassurant et structurant. Un grand merci à la Fondation Héloïse Charruau qui a rendu possible la construction de ce centre !

https://www.fondationheloisecharruau.org/thailande-inauguration-et-benediction-du-foyer-pensionnat-de-maepo-pour-scolariser-les-enfants-karens/

Le centre Saint François d’Assise à Maetowo

Construit par le père Quintard, le centre de Maetowo accueille maintenant une quarantaine de collégiens.

Une fois leur collège terminé, les jeunes continuent au lycée de Maetan, où ils peuvent être accueillis dans un autre centre MEP, au lycée de Pratarawit à Mae Sot, ou dans des lycées professionnalisant par exemple de couture, d’électronique, ou encore d’hôtellerie (notamment au HCTC, monté en 2009 en collaboration avec la mission : http://hctcmaesot.blogspot.com/).

Centre de Maetowo – Promotion 2017 © Enfants du Mékong

Parrainer un enfant chez les Karens - Enfants du Mékong

Partenaire devenu habituel et fruit d’une longue amitié, Enfants du Mékong soutient les programmes éducatifs Karens de notre secteur depuis 1995.

Leurs volontaires, les bambous, arpentent les villages où sont scolarisés les enfants sans craindre les ornières, celles des chemins et celles de la langue. Ils suivent les programmes qui permettent de scolariser sur notre secteur de Maetowo plus de 200 enfants. Enfants du Mékong s’engage à nos côtés et soutient également des projets de développement divers et toujours au service des jeunes Karens. Le dernier en date : une nouvelle voiture à Maetowo.

Merci à Enfants du Mékong, car sans eux l’avenir serait moins beau.

Parrainer un enfant Karen