Edito du Pado – Novembre 2019

La sainteté : pas une affaire de frilleux

Une chose dont on peut être certain, c’est qu’au paradis on ne trouvera ni couette,  ni anorak. Il n’y a pas de place pour les frileux ! Ceux qui craignent les frimas ? Non, ceux qui ont perdu toute audace. Ceux qui ont le cœur froid et bien au chaud ont la trouille de perdre des plumes de l’édredon. Le frileux n’ose plus. Il se protège lui et ses biens. Pire : il compte.
Dans chacune de nos vies : tout ne se vend pas et tout ne s’achète pas. Et combien valent nos vies ?

Elles valent surtout par toutes nos actions inspirées par la gratuité. L’amour, l’amitié ne devraient jamais cesser de nous émerveiller. Ça n’a pas de prix. Et c’est souvent par là que nous réalisons que Dieu nous aime.

Alors il nous reste à aimer sans compter, gratuitement. Comme Dieu. Et nous n’avons le droit ni d’avoir froid ni d’avoir peur !

Nous avons des maîtres : tous les saints du paradis qui ont fui la couette pour les labeurs de plein vent.

Bonne Toussaint.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires