Édito de novembre

L’événement est de taille et commande son lot d’interrogations. Nous recevons deux nouvelles volontaires à Maewe.
Jeanne vient d’arriver et restera 4 mois pour transmettre au mieux les arcanes de son métier : la couture ! Les couturières attendent cette petite main avec appréhension. Seront elles à la hauteur ? Retiendront elles ? Le sourire et la douceur de Jeanne ont conquis les cœurs et vaincu les peurs. La complicité ouvre l’audace et on voit arriver de nouveaux produits, des nouveaux modèles. L’atelier de Maewe piaffe.
Caroline vient pour un an. Elle veillera sur Terres Karens. Elle avance de manière placide et sereine sans s’angoisser des milliers de point d’attentions, des centaines de recommandations et des dizaines de taches que les uns et les autres lui confient. Au milieu de tous ces essentiels qui donnent le tournis, elle a compris qu’à Maewe, le plus important c’est le sourire. Le reste suit…

Et l’arrivée des nouvelles, c’est le signal d’un départ. Et oui ce jour auquel personne ne voulait penser à fini par arriver : le départ d’Ombeline. Une magnifique fête d’au revoir à permis de remercier Ombeline pour cette année forte et habitée de ses talents. Personne n’oubliera Nauré. Les larmes sont au rendez vous et Ombeline disparaît étouffée sous les piles de sacs Karen que chacun lui offre en souvenir.
Avec le Pado, l’équipe des volontaires s’échappe vers Chiang mai afin d’organiser le travail et de ravitailler l’atelier. En les voyant, on se dit que rien ne résistera à leur dynamisme.

 Les vacances d’octobre

Le mois d’octobre, c’est celui des vacances inter semestre. Le temps de faire le point avec les équipes de professeurs des écoles. Miss put réunit tous les professeurs des 5 écoles de montagne en une magistrale session où chacun progresse dans la mise en place de principes pédagogiques inspirés de la méthode Montessori. Mais la concentration fut grandement affectée par le nouveau chemisier robe de Miss Put. Ses plis étaient si tarabiscotés qu’on s’interrogeait : chemisier ou dessus de lit anglais ?
Octobre, c’est le camp vocation pour les garçons. Ils reviennent emballés et les heures de route n’auront pas raison de leur joie. Pour cause, ils ont visité une ferme de crocodiles. Métaphore du séminaire ?
Le mois du rosaire se conclue à Maewe par un immense banquet après l’ultime chapelet d’octobre. Chaque famille donne un poulet vivant. C’est notre formule : pique nique tire du sac quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires